Les soutiens du jour

Publié le par Olga Trostiansky

fleur___l__endroit.jpgBenoît Pastisson : Comment définir un bon politique ? Est-ce une personnalité respectable qui passe son temps à serrer des mains en faisant de larges sourires ? Est-ce un individu dont la langue sait en même temps exprimer l’aspect râpeux du bois et le cinglant de la vipère ? Est-ce une icône dont l’excès de diplomatie conduit à la mollesse dans ses décisions ? Est-ce un être colérique qui s’empourpre pour imposer ses choix et ses volontés ? Est-ce une oreille qui se laisse télécommander par des clans, des groupes de pression ?Est-ce un esprit machiavélique guidé par ses intérêts personnels ? …

Si je choisis Olga aujourd’hui, c’est parce que je sais qu’elle n’est pas ça, et parce que son bilan depuis 1995 est l’incarnation d’une vision positive, pragmatique et efficace de la politique. Elle manifeste les qualités personnelles que nécessite cette fonction : la pondération, l’énergie, le travail, la rigueur, l’exigence.

Son bilan exprime une partie de son projet : depuis 7 ans, comme adjointe de Bertrand Delanoë, elle a imposé des normes écologiques dans la construction de crèches, elle a négocié des aliments biologiques avec des surcoûts négligeables pour les enfants de ces crèches, elle a créé des centaines de places dans une ville qui en manquaient crucialement… Pour elle, « action » ne veut pas dire qu’on va faire du cinéma.

Olga est l’anagramme de goal (comme quoi on peut-être au PS et goaliste !) : sans paniquer, elle tient les buts. Avec détermination, comme conseillère de Paris, elle gagne des points. Le 18 octobre prochain, je shooterai son bulletin dans l’urne. C’est ma façon à moi de faire du sport.

Publié dans politique

Commenter cet article