Les exilés du 10e

Publié le par Olga Trostiansky

Avec ses deux gares internationales, le 10e arrondissement abrite de nombreux exilés, afghans, iraniens, irakiens, en transit vers la Grande-Bretagne ou la Scandinavie. Parmi eux, on compte de nombreux mineurs isolés, que les services du Département de Paris s’efforcent de prendre en charge. L’Etat a bien mis en place un dispositif pour soutenir ces mineurs particulièrement fragiles, par l’intermédiaire d’associations telles que Terre d’Asile, mais il ne dispose pas de capacités d’hébergement et d’accompagnement suffisantes. Bertrand Delanoë a demandé à de nombreuses reprises que l’Etat mette en place une véritable plate-forme d’accueil permettant la mise à l’abri temporaire de ces jeunes. En vain.
 
C’est pourquoi, lors du Conseil de Paris qui s’est achevé hier, nous avons émis à nouveau le vœu que l’Etat prenne ses responsabilités en matière d’hébergement d’urgence, particulièrement pour les exilés du 10e, et qu’il renforce les moyens humains et matériels pour les maraudes qui vont à la rencontre des mineurs isolés.
 
Entre-temps, la Ville de Paris va tout faire pour renforcer le dispositif d’information et d’orientation des exilés majeurs, soit en installant un kiosque d’accueil de jour au 1, rue Saint-Laurent, soit en mettant en place des permanences dans les structures d’accueil existantes.
 
Les Parisiens ne connaissent pas toujours l’effort considérable que la Ville de Paris a accompli depuis 2001 pour renforcer le dispositif d’urgence sociale, alors que l’Etat assume insuffisamment ce qui relève pourtant de sa responsabilité, à savoir l’accueil, l’hébergement et l’insertion des personnes à la rue. On ne peut que s’étrangler en entendant Christine Boutin dire qu’il y a suffisamment de places d’hébergement d’urgence à Paris : il faudrait 5.000 places supplémentaires en Île-de-France, dont 1.500 sur Paris. Espérons que la Conférence régionale sur l’hébergement des personnes sans abris en Île-de-France installée il y a un mois par la ministre répondra à la demande des élus parisiens.

Publié dans 10ème

Commenter cet article