La culture, un outil de réinsertion

Publié le par Olga Trostiansky

J'ai assisté vendredi au filage d'un spectacle proposé le soir même au centre d'animation de la Place des Fêtes : une quinzaine de jeunes accueillis dans le centre d'hébergement d'urgence (CHU) de la rue Stendhal et dans le centre d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de la rue Pixérécourt ont participé pendant une semaine à un atelier animé par « Cette compagnie là » durant lequel ils ont travaillé sur un texte de Pierre Meunier, « Le chant du ressort ». Le résultat sur scène est absolument bluffant, poétique, émouvant.

 

Ces jeunes, âgés de 18 à 25 ans vivaient pour une bonne partie d'entre eux dans la rue avant de rejoindre ces structures. Dans les deux centres, que j'ai également visités, les jeunes bénéficient d'un accueil (2 mois au CHU, dix mois au CHRS) pour leur permettre de reprendre leurs marques, d'accéder aux droits élémentaires, notamment le logement et la santé, de construire avec les travailleurs sociaux un projet d'insertion professionnelle. Je trouve formidable que la culture ne soient pas oubliée dans le parcours d'insertion et que ces jeunes gens puissent développer leur créativité artistique par le biais d'activités comme celle qui a été présentée au public vendredi soir. Il faut signaler que ce travail doit beaucoup au centre d'animation de la rue des Lilas ; il a récemment ouvert ses portes et a décidé de jouer le jeu de la mixité sociale, en mettant à disposition des jeunes et des professionnels qui les accompagnent ses très beaux espaces.

La cour du CHU George-Sand

 

Publié dans Insertion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article