Les difficultés des Italiennes

Publié le par Olga Trostiansky

L’Italie ne semble pas être ces temps-ci le pays où le progressisme se porte le mieux. Comme toujours, le recul des droits des femmes a annoncé les régressions sociales pour tous et toutes. Ainsi, j’ai appris dans un article de Richard Heuzé, correspondant à Rome du « Figaro», que la loi autorisant l’interruption volontaire de grossesse était devenue ces dernières années inapplicable en Italie. En effet, 7 gynécologues sur 10 refusent d’y pratiquer les avortements.

Face à une offensive de l’Eglise et des conservateurs, les féministes n’ont pas su mobiliser le corps médical et les relais d’opinion qui permettent aux femmes d’accéder à leur droit le plus élémentaire : la maîtrise de leur fécondité. J’observe que comme souvent, le mépris dans lequel sont tenues les attentes des femmes a des conséquences directes en matière de démographie. Pays vieillissant, l’Italie semble aujourd’hui incapable de promouvoir le projet familial comme un projet épanouissant, et on tente d’imposer à des femmes et des hommes, des enfants qu’ils ne désirent pas. Quel gâchis ! 

Publié dans femmes

Commenter cet article