«Les visiteurs» sont au tribunal de Lille

Publié le par Olga Trostiansky

Il n’existe, pour moi, qu’une explication au fait qu’un juge puisse aujourd’hui en France proclamer que la virginité d’une femme fasse partie de ses «qualités essentielles». Cet homme arrive directement du Moyen Age. Il vient d’un temps où la conviction religieuse donnait aux femmes et aux hommes des obligations sociales qu’une loi humaine ne pouvait dépasser. Un temps que nous espérions avoir laissé derrière nous depuis 1905.

Mais mes pensées vont plutôt vers cette femme, vers celle que la justice désigne comme la menteuse, vers celle que son mari désigne comme l’impure. Et à toutes les autres qui pour cause de religion ou de « réputation » ne peuvent vivre librement leur vie affective et sexuelle.

Elles sont au cœur de l’engagement des féministes. Nous devons faire en sorte d’être visibles, accessibles et audibles par tous et toutes pour que le corps de la femme lui appartienne enfin.  

 

Publié dans femmes

Commenter cet article