« Les femmes, antidotes à la crise boursière » ?

Publié le par Olga Trostiansky

C’est ainsi qu’était titré un article du monde daté du jeudi 16 octobre. Signé par Annie Khan cet article décrivait une étude de la business school du CERAM qui montre que les entreprises les plus féminisées résistent mieux aux tourmentes boursières. En effet, Les femmes prendraient  moins de décisions risquées car elles développent des stratégies «prudentes conservatrices», les hommes développant de stratégies «audacieuses dangereuses». Ni l’étude ni l’article n’expliquent comment le conservatisme et la prudence viennent aux femmes. Au fil des siècles et selon la culture virile dominante, les femmes se sont vue privées de courage physique, de raison, de la capacité à s’émanciper de l’église…Aujourd’hui elles sont incapables de prendre des risques ! Ce genre de publication en dit plus sur les préjugés sexistes que sur les crises financières.   

Accessoirement, j’aurai aimé savoir comment se passent les entretiens d’embauches de ces entreprises et voir avec un oeil sexué, les staffs de direction fonctionner. Les femmes qui prennent des risques passent plus vite pour des inconséquentes que pour des aventurières et «bien fol qui s’y fie».   

Illustration : une allégorie de la prudence!

Publié dans femmes

Commenter cet article