Les inquiétudes de Bertrand DELANOE face à la Conférence Mondiale contre le racisme à Genève

Publié le par Olga Trostiansky

Paris, le 11 mars 2009

  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

de Bertrand Delanoë

 

 

Du 20 au 24 avril doit se tenir, à Genève, la « Conférence mondiale contre le racisme », sous l’égide de l’ONU. Je crains que ce rendez-vous ne soit la reproduction indigne du spectacle consternant qu’avait offert en septembre 2001, la précédente édition.

 

Le bureau du Comité préparatoire de cet événement, présidé par la Libye, et dont l’Iran est le vice-président, a rédigé un projet de « déclaration finale » dans lequel la lutte contre le terrorisme et la critique des religions sont présentées comme autant de formes du racisme. L’Etat d’Israël y est accusé d’être par essence raciste. En revanche, il n’est jamais fait mention, dans ce texte, du Darfour ou du Zimbabwe, par exemple.

 

Je partage également les inquiétudes exprimées par les défenseurs de l’égalité entre les sexes, qui redoutent que la référence à la liberté du culte ne serve surtout à légitimer des atteintes et oppressions intolérables faites aux femmes à travers le monde.

 

Notre pays compromettrait ses valeurs et sa devise en participant à cette mascarade.

 

Je souhaite donc que la France, à l’instar d’autres grandes nations démocratiques, refuse de siéger dans cette conférence et de contribuer à sa préparation.

 

Cautionner cette imposture serait une faute. Ce serait approuver une démarche associant cynisme et intolérance, et légitimant le racisme au nom de l’antiracisme.

Publié dans politique

Commenter cet article