Le Parti Socialiste s'associe à toutes les voix qui demandent la déprogrammation d'Orelsan du Printemps de Bourges

Publié le par Olga Trostiansky

Paris, le 24 avril 2009
Non à l’apologie de la violence!

Le rappeur Orelsan doit se produire au Printemps de Bourges. Talent prometteur selon les programmateurs au vu de son album sorti en début d’année. Un homme incitant à la haine et à la violence à l’égard des femmes, dans son titre « Sale pute ». La polémique suscitée par les paroles du rappeur est amplement justifiée. Ce ne sont pas de simples paroles violentes envers les femmes, c’est un texte scandaleux aux propos odieux qui incitent directement à la violence.

La création artistique ne peut tout justifier d’autant que l’on sait qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon – que les violences et les atteintes aux droits des femmes se multiplient chaque jour.

Socialistes, associatifs, citoyens, femmes et hommes, nous regrettons que les organisateurs de ce festival tentent de couvrir de tels propos, au prétexte que le titre ne figure pas dans l’album du rappeur et qu’il n’est pas interprété en concert.
Le Parti socialiste s’associe à toutes les voix qui demandent la déprogrammation d’Orelsan du Printemps de Bourges.

De plus, la chanson litigieuse est en ligne sur les sites vidéo : le Parti socialiste leur demande à ce qu’elle soit retirée. Et souhaiterait que cette demande soit formulée par le chanteur lui-même ce qui montrerait de sa part une réelle prise de conscience.

Engagé dans la promotion des femmes dans toutes les sphères de la société et dans la lutte contre toute forme de violence et de discrimination, le Parti socialiste est mobilisé aux côtés de celles et ceux qui subissent des violences et propose l’élaboration d’une loi cadre contre les violences faites aux femmes.


Communiqué de Gaëlle LENFANT,


Secrétaire nationale adjointe aux Droits des Femmes

Publié dans femmes

Commenter cet article