Communiqué de presse de Bertrand DELANOE

Publié le par Olga Trostiansky

Paris, le 11 août 2009

 

 

La condamnation d’Aung San Suu Kyi à dix huit mois de détention illustre, une fois de plus, le terrible acharnement de la junte militaire birmane contre cette femme exceptionnelle, Prix Nobel de la Paix 1991, qui a déjà passé quatorze de ces vingt dernières années, privée de liberté.

 

L’intrusion rocambolesque d’un citoyen américain dans la propriété d’Aung San Suu Kyi au début du mois de mai dernier, a servi de prétexte à un pouvoir fébrile, pour lui infliger cette nouvelle peine, alors que son assignation à résidence devait prendre fin le 27 mai.

 

Cette parodie de justice vise, en réalité, à empêcher l’opposante de prendre part au scrutin annoncé par la junte pour le printemps 2010.

 

Au nom de Paris et en mon nom personnel, je veux dénoncer cette décision inique et assurer Aung San Suu Kyi, Citoyenne d’Honneur de la Ville de Paris depuis 2004, de notre admiration et de notre solidarité. Son combat, en dépit d’une santé de plus en plus fragile, est celui de tous les démocrates et plus que jamais, la communauté internationale doit donc se mobiliser en faveur de sa libération immédiate.

Publié dans femmes

Commenter cet article