En période de crise, il faut aider les Parisiens payer leur loyer

Publié le par Olga Trostiansky

Paris, le 24 septembre 2009


Ci-après mon interview publiée dans le journal 20 minutes aujourd'hui
 

Vous voterez une nouvelle aide au logement mardi. A qui est-elle destinée ?
Vous voterez une nouvelle aide au logement mardi. A qui est-elle destinée ?
Il faut habiter dans le parc privé et être parisien depuis au moins trois ans. Il faut consacrer au moins 30 % de ses revenus à son loyer et il y a des plafonds de ressources : 1 100 euros pour un célibataire, 1 600 euros pour un couple avec un enfant. Le montant de l'allocation sera au maximum de 80 euros par mois pour un célibataire et de 110 euros par mois pour un couple avec enfant. L'aide est ouverte aux étudiants boursiers, aux personnes au chômage et à celles qui touchent le smic. 17 000 Parisiens sont concernés. Elle sera en place le 1er octobre.

Pourquoi créer cette allocation ?

C'est une mesure anticrise. Le montant des loyers privés reste très élevé. Dans cette période de crise économique, où les Parisiens sont davantage touchés par le chômage, il fallait les aider à payer.


En quoi se différencie-t-elle des aides existantes ?

Nous avions des allocations pour les couples avec deux enfants et plus, les familles monoparentales, les personnes âgées, dont bénéficient 56 000 personnes. Cette aide vient en complément.


Avez-vous d'autres projets pour aider les Parisiens à se loger ?

Nous réfléchissons à un nouvel outil pour prévenir les expulsions. Quinze personnes au sein de nos services sociaux traitent les dossiers des Parisiens qui ont des retards importants de loyer, et tentent de trouver des solutions. Nous pourrions imaginer un partenariat avec des associations, comme la Fondation Abbé-Pierre et Emmaüs, pour qu'elles aident ces personnes sur le terrain. Elles pourraient reprendre leur bail au compte de l'association pour une durée donnée, avec un programme d'accompagnement en parallèle, afin de leur éviter l'expulsion. Cette idée a germé il y a quelques mois dans mes services. On travaille dessus, j'espère qu'on pourra l'intégrer dans le budget 2010. W


Recueilli par Magali Gruet

 

Publié dans politique

Commenter cet article