Responsabilité parentale et responsabilité politique

Publié le par Olga

J’apprends que la Belgique, l’Angleterre et la France disposent désormais de la même législation en matière de « supervision parentale ». Le stage parental, mesure phare de la réforme de la justice des mineurs en Belgique (lois du 15 mai et du 16 juin 2006) est entré en vigueur le 1er avril 2007.

Les magistrats de la jeunesse pourront imposer aux parents d’un mineur ayant commis une infraction qui manifestent un « désintérêt caractérisé face à la délinquance de leur enfant » de suivre une formation à la parentalité responsable. En cas de refus d’exécution de la sanction, les parents encourent une amende et/ou une peine d’emprisonnement d’un à sept jours.
 
Cette réforme a provoqué une levée de bouclier du côté des travailleurs sociaux, comme le contrat de responsabilité parentale et la loi de prévention de la délinquance en France ou l’anti-social behaviour act en Grande-Bretagne.
 
Je crains que ces réformes ne fassent tache d’huile en Europe et que le tout-sécuritaire soit désormais la norme. Nous sommes pourtant nombreux à penser qu’il faut accompagner les familles sans les stigmatiser, que la prévention est plus efficace que la répression.
En tant qu’élue parisienne en charge des familles je promeut les mesures d’accompagnement de la parentalité, qui supposent de respecter les parents et de ne pas les considérer systématiquement comme démissionnaires en cas de difficultés. D’où la nécessité de financer des associations, de déployer sur le terrain des travailleurs sociaux, c’est-à-dire l’inverse de ce que fait la droite depuis cinq ans.

Publié dans familles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article