Le sexe faible?

Publié le par Olga

107 députées siégeront à l'Assemblée nationale élue hier soir.

Le groupe socialiste comptera un quart de femmes : elles sont désormais 49 au milieu de 136 hommes, contre 23 parmi 118 hommes dans l’Assemblée sortante : de 16,3% à 26,5%, c’est une belle progression, surtout si on la compare au score de la droite : sur 314 députés, 45 sont des femmes, soit un piètre 14,3%, guère plus qu’en 2002. Ce résultat est bien sûr le fruit de la combativité de nos candidates, qui même en posture difficile à l’issue du 1er tour, ont réussi à s’imposer en grand nombre. Il faut dire également que le Parti socialiste présentait 45% de candidates, contre 26% seulement pour l’UMP.

Un quart de députées socialistes, peut-on pour autant se réjouir ? Le 8 mars 2006, j’avais lancé au nom de l’Assemblée des femmes Paris Île-de-France un appel à une Assemblée nationale paritaire, que j’avais envoyé aux responsables des partis politiques. En voici les termes :

« Le combat pour une égale représentation des femmes et des hommes aux fonctions électives transcende les appartenances politiques. Il est loin encore d'être gagné.

Face aux évolutions de notre société, il n'est plus admissible que les femmes, soit la moitié du genre humain, ne bénéficient pas d'un accès équitable aux mandats électifs, et que la population ne puisse se reconnaître dans ses représentants politiques.

Alors que vos instances préparent les candidatures aux élections législatives de 2007, nous en appelons à votre vigilance et à votre sens civique pour que ces désignations soient paritaires.

Au nom des associations signataires de l'appel lancé par l'Assemblée des femmes, je vous demande ardemment de mettre en œuvre la parité dans le choix de vos candidats, afin que nous participions tous, au-delà de nos appartenances politiques, à cette marche pour l'égalité. »

Ces législatives 2007 ont constitué une nouvelle avancée, mais l’objectif est loin d’être atteint.

Publié dans femmes

Commenter cet article