Conseil de Paris : parlotte et vraies avancées

Publié le par Olga Trostiansky

Je veux bien concéder que le Conseil de Paris n'est pas l'instance la plus passionnante qui soit si on le regarde rapidement. L'assemblée est bien souvent vide, elle l'est encore plus lorsque le sujets sociaux sont traités, les orateurs sont rarement brillants et les "coups d'éclats" relèvent plus souvent de la pichenette que d'une stratégie politique de grande envergure. A première vue donc, beaucoup de parlotte pour peu d'effets. Celui qui se déroule aujourd'hui ne fait pas exception à la règle, d'autant que les héros sont fatigués par les deux campagnes électorales que nous avons animés et que l'inauguration de la station de métro Olympiade est prévue en fin de journée.

Pourtant, regarder les délibérations, en discuter en réunion de groupe ou en commission, les présenter permet de connaître cette ville dans ses aspects les plus triviaux et dans ses ambitions les plus grandes. Pourquoi tel conservatoire ne marche pas, qu'est ce qui se passe avec les motos, où doit-on localiser les équipement publics, comment créer des logements sociaux sur tous le territoire de la commune... Finalement c'est une excellente manière de connaître Paris, ses groupes politiques et ses habitants.

Quant à moi, je dois porter la présentation de près de 70 délibérations relatives à la petite enfance. Aucune d'entre elle n'a suscité l'intérêt des conseillers de Paris et aucune question ne m'est posée. Étonnant non? Je n'aurai pas l'occasion d'expliquer que les désengagements de l'État nous coûtent 78 000 euros pour les seuls établissements associatifs dont nous passons les subventions lors de cette séance, pas non plus l'occasion de revenir sur le bilan des 4500 places d'accueil du jeune enfant que B. Delanoë a officialisé le mois dernier. Je ne m'alarme cependant pas, mes collègues de droite et de gauche vont bientôt entrer en campagne municipale et donc se rendre compte de l'importance de bien faire fonctionner les crèches qui existent et d'en créer de nouvelles. Je m'attends donc à susciter un intérêt plus grand à l'automne! Si ce n'est pas le cas, c'est que je suis devenue politiquement irréprochable! Quel ennui!

 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article