Quelle place pour les associations dans la vie citoyenne ?

Publié le par Olga Trostiansky

 

Les membres des associations, dans le 10ème comme ailleurs, doivent aujourd'hui faire preuve d'un professionnalisme de plus en plus grand. Ces exigences en gestion sont d'ailleurs le plus souvent fondées (notamment dans le domaine fiscal et social). Quoi qu'il en soit, l'engagement associatif est devenu un engagement très lourd, en terme de temps et de responsabilités. Le mouvement associatif est, avec les collectivités locales, à l'origine de bien des innovations économiques, sociales, environnementales et artistiques. Les responsables d'associations sont donc légitimement des interlocuteurs privilégiés au niveau local.

Il faut bien dire que dans mon arrondissement, les responsables associatifs ne sont pas tous très satisfaits du sort qui leur est fait. En effet le CICA, qui devrait permettre aux associations de se réunir et de se concerter avec la mairie d'arrondissement s'est peu réuni. Il existe à cela des raisons objectives : nous sommes une petite mairie où il y a peu d'élus et peu de moyens administratifs. Nous avons beaucoup fait pour le développement des conseils de quartier, au détriment peut-être des représentants associatifs.

Mais le 20 juin, T. Dreyfus, député et maire du 10ème, a réuni le CICA pour travailler sur ces questions. J'espère que nous pourrons ainsi favoriser l'émergence d'une dynamique entre associations, mais également entre les associations et la mairie d'arrondissement. J'ai participé à cette réunion qui m'a semblé très positive. La participation des habitants et du monde associatif à la vie locale me semble être une des plus grandes réussites de B. Delanoë : les associations du 10ème sont d'excellentes interlocutrices pour connaître, innover et agir pour une ville plus hospitalière et pour plus de justice sociale.

Publié dans 10ème

Commenter cet article