Congés payés

Publié le par Olga Trostiansky

Le temps libre, les congés payés, l'éducation populaire, tout ça fleure bon les temps anciens et ouvriéristes de la gauche, non? Dans la France qui se lève tôt et qui travaille plus pour gagner plus, il n'y a plus grand monde pour dire ces mots là. Pourtant, moins de la moitié des ouvrriers et des chômeurs partent en vacances quand 90% des cadres partent. Et un quart des enfants de 5 à 19 ans ne quitteront pas leur domicile cet été (pour plus de précisions, regardez là ).

Chacun s'accorde à dire que les loisirs partagés entre enfants et parents sont des moments privilégiés, ils constituent le terreau sur lequel se batissent des relations familiales harmonieuses, compréhensives et éducatives. Je ne parle même pas de l'épanouissement personnel des adultes et des enfants, du plaisir de vivre.

Il existe d'ailleurs en France des politiques publiques spécifiques, menées par les CAF et les collectivités locales. Leur impact est fort, selon l'observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes, 8% des familles aidées ne partent pas (alors que 25% des familles ne partent pas en vacances). Mais ces aides sont très inégalement réparties sur le territoire, touchent d'abord les familles nombreuses, elles ne touchent pas les familles aux revenus dit "médians" (entre 23 000 et 27 000 euros par an). J'essaie pour ma part à Paris de privilégier des actions de loisirs partagés mixtes, ouvertes et très peu coûteuses, pour lesquelles nous subventionnons les associations plutot que les familles.

Si le mois de juillet venait à succéder à celui d'octobre, promenez vous à Paris Plage : vous y verrez des familles pique-niquer, faire des chateaux de sable ou regarder les spectacles. J'espère que celles et ceux qui veulent "refonder le logiciel socialiste" auront le temps d'y faire un tour et d'y réfléchir. Si les mots sont datés, les maux sont actuels...

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article