quartiers partagés

Publié le par Olga Trostiansky

J'ai visité récemment le quartier la Chapelle-Stalingrad avec une médiatrice culturelle et j'ai été témoin d'une scène qui m'a touchée. Une mère de famille amenait vers 10h00 un enfant au centre de loisirs. La directrice du centre a refusé de le prendre du fait de l'heure tardive et la mère a voulu laisser son enfant devant la porte de l'école. L'intervention de la médiatrice a permis d'arranger la situation, à l'enfant de gagner le centre, sa mère ayant promis dorénavant de respecter les horaires.

Il existe dans le 18ème arrondissement une association (culture 2+) qui a pour objectif de créer entre parents, enseignants et équipes pédagogiques une culture partagée de l'école.
Traducteurs et médiateurs s
ont présents, les équipes pédagogiques expliquent aux parents les fonctions de l'école, les parents décrivent à leurs interlocuteurs comment se déroule leur vie de famille, comment ils voient la place des enfants...

Le succès est tellement grand que les "papothèques" se sont multipliées et qu'il existe aujourd'hui une papothèque pour les parents français. Il est à souhaiter que ces initiatives se développent.


Au dela de cette annecdote, la visite du quartier, sous l'angle de sa problématique sociale, était très intéressante. Comme Barbès, il s'agit d'un quartier à la frontière de plusieurs arrondissements, si les intervenants y sont nombreux, il est parfois difficile d'établir clairement les responsabilités et les champs d'action.

Le travail d'Action Barbès, et notamment le quatre pages qui a été récemment édité, témoigne de cette difficulté, mais également des champs de réflexion à ouvrir et des possibilités d'action. Cette association a pour objectif de valoriser le quartier de Barbès et de faciliter la vie de ses habitants. De la propreté à la culture, ces "actionnistes" sont partout ! Elles et ils sont un aiguillon précieux pour les trois mairies d'arrondissement concernées.

Publié dans 10ème

Commenter cet article