Cri d'alarme de l'adjointe à l'exclusion sur le sort des SDF

Publié le par Olga Trostiansky

 Paris: cri d'alarme de l'adjointe à l'exclusion sur le sort des SDF fin mars
   
    PARIS, 12 fév 2010 (AFP) - Olga Trostiansky, adjointe (PS) au maire de Paris chargée de la lutte contre l'exclusion a lancé vendredi un "cri d'alarme" sur le sort de 1.000 sans-abri dans Paris qui n'auront aucune solution d'hébergement après le 31 mars, date de la fin du plan hivernal.
    "Nous avons ouvert hier (jeudi) un nouveau gymnase (XIVe, 90 places) car il fait très froid. Nous apportons souvent des réponses qui sont du ressort de l'Etat et je veux alerter pour la fin mars car après le 31 rien n'est prévu pour 1.000 personnes logées dans des centres temporaires", a dit à l'AFP Olga Trostiansky.
    A Paris, quand un centre ouvre provisoirement puis ferme après la période d'hiver, il est très difficile d'orienter les sans-abri vers d'autres dispositifs, à cause des manques de places, a souligné l'entourage de l'adjointe au maire socialiste Bertrand Delanoë.
    Mme Trostiansky souhaite notamment que l'Etat maintienne le plus possible de places et les transformant en accompagnement pérenne pour les SDF.
    "Je suis très inquiète, le 31 mars c'est dans moins d'un mois et demi. C'est aussi une alerte pour Benoist Apparu (secrétaire d'Etat au logement) et ces 1.000 places qui vont disparaître", a-t-elle ajouté.
    Durant la période hivernale (jusqu'au 31 mars), environ 1.500 places temporaires sont mobilisées à Paris pour que les sans-abri dorment au chaud, dans le cadre d'un dispositif piloté par l'Etat, soutenu par la ville de Paris, plus d'un tiers des places étant ouvertes par la municipalité, selon la mairie.
    La Ville de Paris vient d'actualiser un nouveau guide Solidarité qui recense tous les services aux personnes sans domicile ou en situation de précarité, édité en 110.000 exemplaires et distribué par les services sociaux, bains-douches ou en maraude.
    phi/szb/DS

Publié dans politique

Commenter cet article