Municipales : la vraie campagne commence

Publié le par Olga Trostiansky

Les socialistes parisiens ont désigné hier soir leurs têtes de liste pour les élections municipales. Bertrand Delanoë a été désigné à Paris et mènera les socialistes à la bataille, dans le 10ème arrondissement Rémy Féraud a été choisi par les militants. Je les félicite l’un et l’autre et donnerai à la campagne parisienne et à la campagne du 10ème le meilleur de mon énergie.

Je tiens à remercier tous ceux qui se sont déplacés pour voter hier soir, bravant le froid sur leur vélib ou à pied.

J’ai aussi une pensée particulière pour ceux qui m’ont soutenue et aidée lors de la campagne interne. Nous avons fait parler de la vie de l’arrondissement au sein du parti socialiste et donné une impulsion décisive en imaginant des propositions innovantes. Maintenant la vraie campagne commence, allons tous à la rencontre des citoyens pour donner une large victoire au parti socialiste à Paris! Il nous faut, pour réussir, associer tous les militants de la section : sur les 1.300 militants comptabilisés en janvier, seulement 365 se sont déplacés hier.

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dominique 20/10/2007 12:32

La RealPolitik et le "râpeux du bois" (sic Benoît Pastisson) sont de retour... Il faut désormais taire nos divergences de fond (tellement profondes et peut-être même irréductibles quand on lit les commentaires haineux des David, Karim et autres agents provocateurs...) pour terrasser l'horrible droite si menaçante dans notre arrondissement. La récréation est finie, le maître d'école sera indulgent ("Olga Trostiansky participera bien sûr à la prochaine équipe que je conduirai" vient-il de nous assurer).
Faire de la politique, c'est construire un rapport de forces (en terme d'idées bien sûr). Si 835 adhérents socialistes -dont moi- ont décidé de voter avec leurs pieds, c'est sans doute que les vraix enjeux, le débat de fond sur les méthodes (clientélisme contre démocratie) et les idées (inertie contre dynamisme), n'ont pas été suffisamment explicités voire totalement occultés. Manque d'audace et de conviction, souci de ne pas bousculer les baronnies ? La vraie défaite n'est pas dans les 26% si décevants mais dans cette évaporation des 2/3 des membres de l'arrondissement -que le vainqueur appelait depuis un an de ses voeux.
Inutile de se faire peur : en 2008, le PS -faute d'alternative valable-continuera à dominer le 10è et remportera sûrement Paris. Mais la situation locale ne doit pas masquer la réalité : pour la majorité du peuple de gauche, pour le monde associatif, le parti socialiste offre un spectacle désespérant. Et sa déliquescence intellectuelle me fait de plus en plus penser à celle du PC, aujourd'hui sous tente à oxygène. Aux meilleur(e)s d'entre vous d'en tirer les leçons : se donner tous les moyens pour ne pas laisser aux commandes des apparatchiks.